« Paroles de bénévoles »

Découvrez l’expérience d’Emile, professeur d’anglais en Service Civique pour les classes maternelles de Shanti School en septembre 2017 à août 2018

 

43577544402_fc4f9e3b0c_zJe m’appelle Emile, je suis dans le dernier mois d’une année formidable en tant que professeur d’anglais à SEVAI Shanti School.

 

Je suis arrivé en septembre 2017, ayant récemment obtenu une formation de professeur d’anglais langue étrangère (TEFL), j’étais en recherche d’une expérience de travail dans l’enseignement et la mission que proposait Objectif France-Inde (OFI) m’a parue parfaite. J’avais aussi très envie de découvrir l’Inde que je savais être un pays fascinant. L’école est dans un endroit très reculé et très rural du Tamil Nadu, un état chaud et sec du sud de l’Inde. Mais cela ne me faisait pas peur… en tout cas, c’est ce que j’ai dit à l’interview, bien sûr. La vérité c’est que passer une année, complètement immergé dans une culture étrangère, c’est un peu effrayant, surtout dans ce cas où l’immersion est totale. Finalement, l’aspect reculé m’a peu affecté ; en Inde, il est très difficile de se sentir coupé du monde, dans le sens où il y a du monde partout. Je vis et travaille dans une école accueillant 2 000 élèves, dans un ‘village’ de dix mille habitants près d’une ville d’un million.

 

41737076211_92cebcc775_m J’ai aussi eu la chance d’être aisément intégré à part entière dans la communauté locale, ainsi qu’au sein de l’école. Les tamouls sont très sociables et venaient facilement me parler, m’inviter à manger chez eux ou à visiter les alentours. Ils ont aussi un très bon sens de l’humour, aiment rire, raconter des histoires, et même se moquer, avec bienveillance toujours. Cela m’a permis de me sentir très à l’aise et de créer un sentiment d’appartenance à cette communauté qui, je pense, me suivra longtemps après que je sois parti.

 

La mission qui m’était assigné par OFI était de donner des cours d’anglais engageants et ludiques aux enfants de maternelle, ainsi que de promouvoir une éducation prônant plus de compréhension et moins de mémorisation. Je suis donc arrivé à Shanti School plein d’idées : visions de travaux manuels et arts plastiques, décoration de l’école avec les classes, jardinage, lecture d’histoires avec des enfants attentifs assis autour de moi, le tout avec une amélioration spectaculaire de leur niveau d’anglais. La réalité m’a durement frappé en arrivant à l’école. Les élèves de maternelle sont dans des classes de quarante, et les cours avaient l’air de consister principalement de répétition orale et recopiage écrit pour mémoriser et apprendre à écrire, le tout maintenu à l’ordre par une discipline très stricte. Les cours que j’avais l’habitude de préparer étaient inadaptés à ces conditions, et beaucoup de mes idées pouvaient être mises de côté.

 

43577554022_6ee5191c20_kMais la beauté du voyage, c’est l’opportunité de confronter, avec le moins de jugement possible, ses idées face à une culture différente. Je me suis vite rendu compte que tous les enseignants ainsi que l’administration de l’école ont le bien-être des enfants au sommet de leurs priorités. L’école optimise ses moyens limités pour faire réussir aux élèves leurs examens, afin de leur permettre de continuer leurs études, et d’obtenir des emplois qui briseront le cercle de pauvreté dans lequel se trouvent des familles sans accès à l’éducation. J’ai décidé d’intervenir dans des classes en demandant aux enseignantes de rester afin qu’elles puissent traduire en Tamoul lorsque c’était nécessaire. Cela permet aussi de partager avec elles nos différentes méthodes d’enseignement. J’interviens dans quatre classes différentes de UKG (Upper Kindergarten), donc au total 140 élèves de 4 à 5 ans. J’ai adapté mes cours aux conditions de travail tout en les rendant ludiques et engageants, avec des chansons et des activités très simples à comprendre. Avec le temps, les élèves et enseignantes avec qui je travaillais se sont aussi adaptés à ma façon d’enseigner et cela m’a permis de donner des cours plus diversifiés en termes d’activités. A la fin de l’année scolaire, au mois de mars, j’étais plutôt satisfait de leur progrès en anglais. Ils ont grandement élargi leur vocabulaire, ce qu’ils doivent surtout à leur mémoire impressionnante, mais aussi appris à l’utiliser avec plus d’autonomie comme moyen de communication et pas seulement par répétition.

 

27868176908_b1f9c0629c_kDepuis juin, j’ai repris les cours sur le même modèle que l’année dernière, avec les nouveaux élèves de UKG, qui ont tout juste 4 ans et progressent très vite. J’appréhende le moment où je devrai leur dire aurevoir, dans 30 jours, ainsi qu’à tous les amis dont je me suis beaucoup rapproché pendant cette année. Bien-sûr, je serai aussi content de retrouver ma famille et mes amis en France. Je ressens surtout beaucoup de gratitude envers OFI pour m’avoir permis de vivre cette expérience, et pour leur accompagnement tout au long de la mission; et envers SEVAI qui m’ont si bien accueillis.

 

marine et helene

Eudiants Télécom Paris Tech

 

Voici le blog de l’équipe de bénévoles présents en Inde lors de l’été 2015. Cliquez ici pour suivre leur séjour à House of Hope.

inde

Marine Boisgontier et Hélène Mobailly – Bénévoles été 2012

 

« Etudiantes en Ecole de Commerce, OFI nous a permis d’utiliser nos compétences pour la gestion de projet et de la levée de fonds.

 

Nous avons travaillé sur deux projets:

  • – L’agrandissement d’une école pour enfants touchés par le SIDA,
  • – L’intégration économique et sociale des personnes handicapées dans le sud de l’Inde.

Le travail avec les différentes ONGs partenaires s’est révélé passionnant, être à leur contact vous fait découvrir le pays d’une autre manière! De même, les échanges avec les autres bénévoles OFI nous ont permis de partager nos expériences sur les projets, les contacts avec les ONGs, et notre quotidien en Inde.

 

Ce fut une expérience très enrichissante et positive! OFI nous a véritablement permis de découvrir l’Inde et nous avons eu un réel coup de coeur pour ce pays! »

inde

Laurène Job – Bénévole permanente

 

« Vouloir partir en Inde est rarement anodin…En ce qui me concerne, partir avec OFI c’était réaliser un projet longtemps préparé, anticipé, rêvé.

 

Mon expérience de bénévole a été l’une des plus enrichissantes et déterminantes de mon cursus, puisqu’elle a constitué l’opportunité rare d’utiliser mes quelques compétences au profit de projets concrets de développement durable. Les relations de confiance que j’ai pu tisser avec les dirigeants d’ONGs locales et le bureau d’OFI me permettent de poursuivre ma mission une fois rentrée.

 

6 mois en Inde, c’est nécessairement marquant, notamment les moments d’échanges (souvent non verbaux…au vue de mon incapacité à prononcer quelques mots en Tamoul) avec les populations locales!

 

Si vous aimez l’aventure, si vous aimez être surpris et travailler pour soutenir des projets de qualité, engagez vous! »

IMG_1982

Etudiants EVADEH

 

« Nous sommes 10 étudiants en deuxième année de médecine à la faculté du Kremlin-Bicêtre. Nous sommes partis dans l’école Shanti-School et dans l’orphelinat de l’association HUT.

 

Tout au long de l’année, nous avons récolté de l’argent auprès de nos mairies, de la faculté, et surtout de nos proches. En tout nous avions 11000 euros de budget pour financer le projet. Notre projet s’est déroulé du 14 juillet au 21 août 2014. Sur places nous nous sommes divisés en deux groupes, un pour l’école et un pour l’orphelinat.

 

A l’orphelinat, la plupart de nos actions concernaient la santé : nous leur avons appris à mieux se brosser les dents, nous avons modifié leur emploi du temps pour qu’il soit plus adapté à la santé. Nous avons également lavé de fond en comble l’établissement car il en avait bien besoin (dératisation, installation de moustiquaires, meilleure disposition des lits). Nous avons repeint une des salles sur le thème du tour du monde et nous leur avons fourni une bibliothèque. Enfin, nous avons financé des équipements pour une meilleure gestion de l’eau : pompe, tanks, bassines.

 

A l’école, nous avons également mené des actions d’éducation à l’hygiène et à la santé. Nous avons fait des check-ups médicaux aux 1700 élèves, ce qui nous a pris beaucoup de temps ! Une grosse partie du budget a été consacrée aux enfants sourds de la classe des handicapés. Ils étaient 4 nous avons pu chacun les équiper d’une prothèse auditive externe. Voici deux liens vidéos où vous pourrez voir plus concrètement ce que nous avons fait :

Cette expérience a été très enrichissante pour nous. La récolte des fonds tout au long de l’année a été difficile, avec beaucoup de déconvenues, mais finalement nous avons réussi. Sur place, nous avons découvert un autre monde avec une culture totalement différente. Avec quelques phrases mémorables telles que « Pourquoi est-ce qu’il faut se brosser les dents après avoir mangé ? La bouche doit être propre pour manger ! », nous avons pu nous rendre compte à quel point le fossé culturel était immense. Ce fut un très beau voyage, une très belle expérience que nous recommandons à tous ».

IMG_1982

Claire Cotillon – Bénévole permanente

 

« J’ai préparé mon voyage en Inde en recherchant une association car en France, je travaillais à plein temps et je voulais partir avec un projet déjà pensé. OFI proposait un programme « éducation » qui m’offrait l’opportunité d’intervenir comme bénévole auprès des enfants. Je vais régulièrement passer 5 jours dans une école rurale du Tamil Nadu où je forme des enseignants à des méthodes ludiques et actives en anglais : une pédagogie qui donne du sens à l’apprentissage car les indiens fonctionnent avec le « par cœur » et un rabâchage abrutissant. J’interviens aussi auprès d’un orphelinat pour organiser des séjours d’été afin de pouvoir sortir ces enfants de leur quotidien.

 

Cette expérience m’apporte beaucoup de sourires, de mains tendues qui me donnent l’envie et l’énergie de continuer car s’il y a beaucoup de bénévoles en ville, peu acceptent de voyager au fin fonds de la campagne. Le « retour » des enseignants et leur envie de progresser est gratifiant et me prouve que je leur suis utile. »